Présentation

LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS :
Prenez connaissance des modalités mises en œuvre à l'Université Toulouse Capitole.


Vous êtes ici : Accueil > Présentation > Organisation > Le mot du Doyen

Le mot du Doyen Nelidoff - juillet 2021

Nous arrivons au terme d’une année universitaire particulièrement difficile et je pense que la période des vacances estivales sera particulièrement bienvenue.

En effet, la crise sanitaire, déclarée en mars 2020, s’est poursuivie tout au long de l’année universitaire 2020-2021. Elle a profondément affecté l’ensemble de nos activités universitaires : les enseignements (cours magistraux et travaux dirigés), les examens qui ont eu lieu pour la plupart d’entre eux à distance (écrits et oraux), les activités de recherche avec beaucoup de colloques reportés ou organisés en ligne, l’administration également avec beaucoup de réunions à distance. Conscients de toutes les difficultés rencontrées par les enseignants-chercheurs, les personnels administratifs, les étudiants, je forme le vœu que l’année universitaire prochaine nous permette de renouer avec des modalités « normales » en présentiel. Cela n’empêchera pas d’enrichir nos pratiques pédagogiques, par des dispositifs expérimentés en période de crise, sur la base du volontariat et dans le respect des libertés académiques.

L’année universitaire prochaine verra la mise en œuvre de la réforme de la Licence en droit en troisième année. Au lieu du choix au S6 entre un parcours droit privé ou un parcours droit public, il y aura désormais cinq parcours possibles : droit privé et carrières judiciaires, droit des affaires, droit social, droit public, droit international et droit européen avec l’inconnue actuelle de la répartition des étudiants entre ces parcours, ce qui rend difficile la mise en œuvre pour cette première année d’application de la réforme en L3. A cela s’ajoute le maintien de la L3 droit et science politique.  Il faut rappeler ici que cette réforme, votée en 2019, vise à mieux articuler la Licence, qui doit rester généraliste, dans son esprit, avec nos seize mentions de Master. L’enjeu est de taille puisque la sélection est désormais à l’entrée du cycle Master, avec des capacités d’accueil qui demeurent malgré tout importantes (1000 places environ en formation initiale et 1200 si on ajoute la FOAD et la formation continue). La sélection est bien réelle puisque nous avons dû faire face cette année à un afflux de candidatures : 27420 en M1 et 4387 en M2.

Nous continuons à travailler sur les deux grands dossiers qui se télescopent et que nous retrouverons à la rentrée : la structuration ô combien délicate du site universitaire toulousain et la réflexion autour du projet de création d’une Ecole de droit. Je compte sur l’ensemble des forces vives de notre Faculté pour m’aider à prendre les bonnes décisions et trouver les voies qui nous permettent, tout en favorisant le dialogue constructif, de préserver l’identité et les intérêts fondamentaux des juristes, dans un environnement de plus en plus complexe.

Bonnes vacances à tous !

Philippe Nélidoff, Doyen de la Faculté de Droit et science politique



Editos précédents

En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies