Présentation

Vous êtes ici : Accueil > Présentation > Organisation > Le mot du Doyen

Le mot du Doyen Nelidoff - novembre 2019

Le mot du Doyen (novembre 2019)

 Le mois de novembre est souvent un mois de grisaille : l’été est déjà loin, les feuilles tombent, on est passé à l’heure d’hiver, les jours raccourcissent, la pluie et le froid s’installent…

Mais pour nous, à la Faculté de droit, point de déprime dans l’air. Nos étudiants redoublent d’efforts dans la perspective des examens semestriels qui vont arriver rapidement, les colloques et journées d’études sont nombreux, les projets également…Nous serons heureux de participer prochainement aux inaugurations du cloitre rénové et du nouveau bâtiment de TSE.

Deux gros dossiers sont à l’ordre du jour : la procédure d’accréditation 2021-2025 et le chantier d’admission en Master.

En ce qui concerne la procédure d’accréditation qui fait suite à la première phase d’autoévaluation, nous entrons dans la période des visites de l’HCERES. Il nous faut profiter, de manière constructive, de ces regards extérieurs sur l’ensemble de nos activités de formation et de recherche. Il faut en profiter également pour opérer un certain nombre d’ajustements dans notre offre de formation. Nous tenons à maintenir un bon équilibre entre Licence et Masters. La Licence reste généraliste. Elle doit permettre à nos étudiants d’acquérir la méthodologie du travail universitaire, de découvrir progressivement les nombreuses facettes du droit. Elle est désormais plus articulée sur nos mentions de Masters dont l’organisation générale doit être plus lisible. C’est l’occasion également de renforcer les compétences linguistiques et informationnelles de nos étudiants. Je tiens à remercier nos collègues du département des Langues et Civilisations et ceux du Service Commun de la Documentation. Nous tenons également à organiser une formation doctorale spécifique aux juristes.

En ce qui concerne la procédure d’admission en Master, nous avons bien progressé grâce à l’implication de tous : les responsables de mentions de Masters et de Masters 2, notre scolarité « droit », la Direction des Etudes et de la Scolarité. Le dossier est complexe et nous avons vu apparaitre, au fil des réunions, des questions nouvelles. Il nous faut croiser les exigences pédagogiques qui sont premières, le souci majeur de l’insertion professionnelle avec les incontournables contraintes matérielles, le respect de la réglementation et la sécurisation de nos parcours. Il faut tenir compte des spécificités de la FOAD, de la Formation continue, de l’Ecole Européenne de Droit, des incidences de la mobilité internationale et de la césure. Notre objectif est de présenter les grandes lignes de la réforme aux étudiants avant la fin novembre, une fois que le Conseil de Faculté se sera prononcé sur les capacités d’accueil, la procédure d’admission et les modalités du droit à poursuite d’études.

Philippe Nélidoff, Doyen de la Faculté de droit et science politique



 



Mise à jour le 4 novembre 2019


Editos précédents

En appuyant sur le bouton "j'accepte" vous nous autorisez à déposer des cookies afin de mesurer l'audience de notre site. Ces données sont à notre seul usage et ne sont pas communiquées.
Consultez notre politique relative aux cookies